Tous pour un et un pour tous!

Rares sont les emplois qui ne requièrent aucune interaction avec des collègues. En effet, puisque les organisations sont souvent structurées par service ou département, la plupart des gens ont à côtoyer d’autres gens sur une base régulière dans leur milieu de travail. Mais doit-on considérer tous les groupes ou sous-groupes d’employés comme étant des équipes ? Qu’est-ce qui caractérise véritablement les équipes ? Comment peut-on favoriser leur fonctionnement optimal? C’est à ces questions que nous tenterons de répondre dans les lignes qui suivent.

QU’EST-CE QUI DISTINGUE UNE ÉQUIPE D’UN GROUPE ?

Selon le Larousse, un groupe peut se définir comme un ensemble plus ou moins organisé de personnes liées par des activités ou objectifs communs. La même source décrit une équipe comme étant un groupe de personnes unissant leurs efforts dans le même dessein. La distinction entre les deux définitions est plutôt subtile. En effet, les deux reprennent la notion d’un ensemble de personnes réunies de façon non aléatoire puisqu’elles partagent des éléments communs. Pourtant, il existe dans les faits une énorme différence dans le fonctionnement d’un groupe par rapport à celui d’une véritable équipe. Un ensemble d’agents de centre d’appel travaillant de manière isolée ne constitue pas nécessairement une équipe, même si des réunions les rassemblent régulièrement. Dans le même ordre d’idée, patiner une fois par semaine avec d’autres personnes partageant cette passion ne crée pas une équipe. Si ces personnes préparent une chorégraphie de patinage synchronisé pour participer à un spectacle, là oui, l’équipe prend forme.

L’équipe est généralement plus organisée que le groupe. Il peut exister une structure dans une équipe, un mode de fonctionnement déterminé ou implicite. Ainsi, comme nous l’avons vu plus haut, il n’est pas suffisant de travailler à une même tâche pour faire partie d’une équipe, puisque la notion d’unir les énergies dans l’atteinte d’un objectif commun revêt une importance primordiale. Enfin, le climat d’entraide, de collaboration et de solidarité est un élément clé qui doit être présent pour le succès d’une équipe. En effet, là où règne un climat de compétition malsaine, le groupe ne peut pas atteindre les mêmes sommets que l’équipe dont les membres s’engagent à contribuer de leur mieux au bien commun. C’est pour cette raison que l’on fait souvent l’éloge de l’esprit d’équipe et qu’il représente une caractéristique très recherchée chez le personnel. La Harvard Business School propose une définition de l’équipe qui reflète bien ces aspects : «  petit groupe d’individus ayant des aptitudes complémentaires et partageant une vision commune, des objectifs de rendement et une approche pour lesquels ils se tiennent mutuellement responsables ».

COMMENT FAVORISER L’ESPRIT D’ÉQUIPE EN MILIEU DE TRAVAIL ?

L’esprit d’équipe est intangible, il se ressent. On peut par ailleurs l’observer à travers la qualité des échanges entre les collaborateurs, à travers leurs comportements d’entraide. C’est l’esprit d’équipe qui motive les individus à agir en plaçant en priorité le bien commun. L’esprit d’équipe, c’est comme la personnalité d’un groupe, c’est ce qui lui donne du dynamisme et qui le fait grandir en force.

Pour favoriser l’esprit d’équipe, il est très utile de pouvoir compter sur une personne qui agit en tant que leader. Cette personne mobilise les membres de l’équipe vers une vision de l’avenir qui se traduit en un désir de collaborer avec les autres. Pour ce faire, le leader doit pouvoir amener les membres de l’équipe à adhérer à un objectif commun, favoriser un climat de respect et développer un sentiment d’appartenance.

Adhérer à l’objectif commun

Il s’agit sans doute de l’élément de base du travail d’équipe. Chaque personne doit croire que l’objectif à atteindre est valable et qu’elle possède des compétences qu’elle peut mettre à contribution pour permettre à l’équipe d’y arriver. Les rôles sont bien définis et évoquent la complémentarité et l’interdépendance. Le sentiment de responsabilité et la notion de ce qui est important pour l’équipe sont clairement partagés, de façon à ce que les écarts de conduite puissent être rapidement signalés. De plus, dans les équipes efficaces, les participants placent les intérêts de l’équipe avant leurs intérêts personnels. Paradoxalement, cet élément peut se réaliser en partie par des rencontres individuelles.

Favoriser un climat de respect

Les membres d’une équipe de travail qui fonctionne bien font preuve de respect les uns envers les autres, et ce, malgré les différences de tempérament et de rythme. Tout le monde est considéré comme important, avec ses qualités et sa contribution unique, et on se traite sur un pied d’égalité. Tout le monde a la chance de s’exprimer, il est ainsi possible d’apprendre les uns des autres et de se développer ensemble. Pour ce faire, la communication doit être fluide et constructive, c’est ce qui contribue à poser les bases d’un climat de confiance entre les coéquipiers. Ces aspects peuvent même faire partie du processus d’évaluation de la performance. C’est en appréciant la diversité au sein de l’équipe que l’on évite plusieurs sources d’irritants ou de conflits. Au sein d’une équipe saine, il n’y a pas de place pour les gros egos et les luttes de pouvoir ! Si les affinités s’avèrent irréconciliables, il faudra peut-être repenser fondamentalement la structure de l’équipe…

Développer un sentiment d’appartenance

Finalement, une équipe solide fait preuve de cohésion et de loyauté. Les membres reconnaissent leurs ressemblances et acceptent leurs différences. Les liens qui les unissent sont semblables à ceux d’une famille. Pour développer un tel sentiment, il est parfois utile d’organiser des activités à caractère plus social en dehors de la tâche à accomplir, afin de permettre aux collaborateurs d’apprendre à se connaître sous différentes facettes. Vivre des expériences ensemble, relever des défis, avoir du plaisir avec ses coéquipiers, voilà des façons efficaces de renforcer les liens et établir une complicité durable. De cette façon, les membres de l’équipe se soucient les uns des autres et sont plus susceptibles de s’engager au succès commun. Aussi, on se relève ensemble face aux difficultés, et on célèbre ensemble les succès.

LES DÉFIS DES ÉQUIPES

Lorsque les individus travaillent en équipe, certains pièges peuvent les guetter et il s’avère de mise de faire preuve de vigilance à ces égards.

Tout d’abord, le travail en équipe peut parfois nuire à la rapidité pour des tâches plus précises ou pointues. Le gestionnaire doit donc garder à l’esprit que certains défis sont plus faciles à relever par un individu seul ou par un sous-groupe.

Aussi, une équipe efficace doit présenter un bon équilibre entre l’orientation vers la tâche et les résultats, et l’orientation vers les processus et les relations. En effet, si la première orientation est trop forte, les membres de l’équipe peuvent se sentir comme sur une base militaire, personne n’a de plaisir ni envie de travailler pour les autres. Toutefois, si l’autre orientation prédomine, les membres de l’équipe se sentent comme au terrain de jeu, mais les décisions ne se prennent pas et les objectifs ne sont jamais atteints. Pas très motivant dans aucun des deux cas ! Visons donc le juste milieu entre les deux pôles.

Enfin, il arrive parfois que certaines personnes moins compétentes se réfugient derrière le reste de l’équipe. Pourtant, l’équipe ne peut pas dépasser la force de son maillon le plus faible. Le leader doit donc rester à l’affût de cette possibilité afin d’identifier les personnes qui ont besoin de développement ou qui ne sont tout simplement pas à leur place dans l’équipe. Sinon, en cas d’échec, il y a fort à parier que les membres de l’équipe vont se déresponsabiliser et jeter le blâme sur des facteurs externes, ou encore sur le leader qui n’a pas joué son rôle de coach.

Les équipes harmonieuses sont souvent un gage de succès pour les entreprises, car le travail d’équipe répartit les efforts et multiplie les résultats. Il est donc sage d’investir dans des stratégies qui favorisent un bon esprit d’équipe, ce qui peut représenter un défi dans certaines cultures organisationnelles. Comme le disait Henry Ford : « Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite. »

Guylaine Deschênes, Ph.D., CRHA

Cet article a été publié sur le site de La Référence RH (2014).