Mon réseau social, j’y investis!

Le réseau social se compose de toutes les personnes que nous côtoyons sur une base plus ou moins régulière. On peut y inclure évidemment les membres de la famille, les collègues de travail, les compagnons d’étude, les membres de notre club de sport, nos voisins, voire même notre coiffeur ou notre esthéticienne. Toutes ces personnes peuvent nous fournir un certain soutien, sous différentes formes : un renseignement utile, de l’aide concrète, de l’argent, de l’écoute, un sourire, etc. L’être humain est un être social qui a besoin d’un certain nombre de contacts pour se sentir bien. Ce besoin varie d’une personne à l’autre, tout comme les besoins en calories varient entre un enfant, une femme enceinte et un athlète olympique. Les introvertis ont besoin de moins de contacts, alors que les extravertis y puisent davantage d’énergie. Mais il est clair que l’isolement prolongé n’est bon pour personne. Aussi, il a été démontré que la qualité du réseau social dans une sphère de la vie (ex : professionnelle) augmente le degré de satisfaction dans cette sphère.

Voici quelques questions à vous poser par rapport à votre réseau social :

  • À qui puis-je parler ouvertement de ce que je vis dans ma vie personnelle et dans ma vie professionnelle?

  • Avec qui puis-je discuter des problèmes que je rencontre avec mes enfants?

  • Qui peut garder mes enfants à l’occasion?

  • Qui peut, au besoin, aller chercher mes enfants à l’école?

  • Qui peut m’accompagner dans une sortie, une activité?

  • Qui puis-je appeler à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, en cas d’urgence?

Faire cette liste peut être rassurant, si vous trouvez des réponses rapides à chacune des questions. Sinon, ne paniquez pas! Tentez plutôt de développer un plan d’action pour élargir votre réseau social et trouver du soutien dans la communauté si votre famille et vos amis sont peu disponibles. Ceci est particulièrement vrai pour les parents qui pilotent une famille monoparentale.

Si vous avez l’impression que votre réseau est trop restreint, il existe des façons simples de l’élargir. D’abord en s’inscrivant à des activités où les gens partagent un même intérêt (ex : cours de photo, de vitrail, etc.). Aussi, faire du bénévolat peut devenir un atout considérable : aider les autres amène une bonne source de bien-être et peut contribuer à développer des liens durables.

En matière relationnelle, il est bien important de donner si on souhaite recevoir. En effet, on ne peut s’attendre à ce que son réseau social soit toujours là pour soi si on n’est jamais prêt à donner un petit coup de main à l’occasion! Pour illustrer la situation, on peut utiliser la métaphore d'un compte de banque. À chaque fois que vous investissez du temps dans une relation, vous faites un dépôt. Faites-en le plus possible car vous allez en retirer des intérêts (les autres seront plus patients et gentils en retour)! Et n'oubliez pas que si vous avez un écart de conduite, il est souhaitable d'aller vous excuser, ça diminue partiellement le retrait en compensant automatiquement par un dépôt… N’attendez pas d’être dans le rouge!

Le conjoint étant un des membres clé du réseau social, ceux qui en ont un se doivent d’en prendre soin. Pourtant, après avoir géré une journée difficile au travail ou à la maison, on ne souhaite parfois que déposer sa tête sur l’oreiller et dormir... et même sourire peut requérir un effort surhumain! Lorsqu’on parle des principaux irritants avec les familles qui vivent des problèmes de conciliation, un des éléments qui ressort très souvent est la difficulté à pouvoir s’accorder du temps de qualité en couple. Pourtant, lorsque le couple s’oublie dans le tourbillon du quotidien, le climat familial peut se détériorer et tout le monde en souffre, d’abord les enfants et potentiellement l’employeur. Il est donc primordial de briser la routine à l’occasion et de prévoir régulièrement du temps pour se retrouver. La spontanéité, c’est bien beau, quand on peut se le permettre. Mais comme il est déjà difficile de trouver du temps pour soi dans un agenda, imaginez lorsqu’il faut trouver du temps commun dans deux agendas bien chargés! Je vous suggère donc de planifier, autant que possible, au moins une activité ou plage de temps par mois à deux. Voici quelques façons d’optimiser le temps en couple :

  • Faire du bénévolat, un loisir ou de l’exercice physique ensemble (une activité qui est déjà dans votre agenda)

  • Faire du co-voiturage pour aller travailler (au moins occasionnellement si l’horaire ou le trajet ne le permettent pas régulièrement)

  • Faire garder vos enfants par un couple voisin et le mois suivant garder les leurs

  • Faire souper les enfants plus tôt, leur trouver une activité (ex : louer un film) et souper en tête-à-tête

  • Se coucher plus tôt certains soirs, pour s’offrir un petit massage… ou toute autre gâterie conjugale que votre imagination vous suggère!

En ce sens, l’amour étant un besoin biologique, il est important de le communiquer le plus régulièrement possible. Au travail, nous sommes motivés par les gestes de reconnaissance. Pourquoi en serait-il autrement à la maison? Votre conjoint et vos enfants seront motivés à vous aider et à donner le meilleur d’eux-mêmes si vous les complimentez régulièrement et leur dites qu’ils sont appréciés pour ce qu’ils sont et ce qu’ils font.

Guylaine Deschênes, Ph.D., CRHA

Cet article a été publié sur le site de Mères & Cie (2010).