Le travail à domicile: quelques conditions de succès

Le travail à domicile, aussi appelé télétravail, peut sembler une option alléchante pour plusieurs. Auparavant l’apanage des pigistes, cette formule de travail gagne du terrain chez d’autres types de travailleurs puisque la technologie facilite grandement l’accès à l’information. Selon diverses enquêtes, entre 25 et 31% des québécois effectuent une partie ou la totalité de leur travail à domicile.

Cet engouement n’est pas le fruit d’une mode, puisque cette formule comporte d’énormes avantages, notamment sur les plans humain, financier et environnemental. En effet, le télétravail permet de gagner un précieux temps en réduisant les déplacements. La qualité de vie peut donc être accrue, puisque ce temps peut être consacré à d’autres activités bénéfiques pour une vie mieux équilibrée, comme l’exercice, le temps avec les enfants ou le bénévolat. De plus, moins de dépenses sont occasionnées tant par le travailleur que par son employeur. On peut penser ici évidemment à l’essence ou aux titres de transport, aux vêtements « corporatifs », aux repas à l’extérieur pour l’employé. Du côté de l’employeur, les économies relèvent surtout des espaces de travail. En effet, le télétravail peut permettre à deux personnes de partager le même bureau ou le même espace de stationnement, lorsque leurs visites ne coïncident pas. Enfin, diminuer les déplacements n’entraîne que des effets bénéfiques sur l’environnement et il s’agit d’une contribution considérable à la diminution de l’émission des gaz à effet de serre.

Évidemment, toute formule de travail comporte son lot d’inconvénients. Pour chacun, il conviendra de s’assurer que les avantages surpassent les inconvénients, ou encore que les inconvénients sont contrebalancés par autre chose. Par exemple, si c’est l’isolement qui est le principal défi, pourquoi ne pas vous inscrire à une activité personnelle en groupe (ex : chorale), question de socialiser dans un autre contexte? Pour l’employeur, il est très important que le lien de confiance soit suffisamment développé et que le mode de gestion soit axé davantage sur les résultats. Il va sans dire que certains types de postes ne conviennent pas du tout au télétravail.

Avant de tenter l’aventure du télétravail, il est sage de vérifier d’abord si nous avons la personnalité requise. Voici quelques questions à se poser :

  • Suis-je capable de planifier mon horaire, de me fixer des objectifs et de les atteindre?
  • Suis-je assez discipliné pour résister aux distractions de la maison, ex : télévision, frigo, terrasse, etc.?
  • Suis-je capable d’affirmer mes limites aux personnes de l’entourage qui appellent pendant les heures de travail?
  • Suis-je capable de « décrocher » après le travail en me retrouvant en quelques instants dans ma vie personnelle, sans transition?
  • Suis-je une personne extravertie qui a besoin d’être entourée d’une équipe pour bien fonctionner?
  • Suis-je capable de me motiver et me féliciter pour mes bons coups sans attendre que quelqu’un d’autre les souligne?

Si vous souhaitez tenter l’expérience, allez-y graduellement, d’abord occasionnellement ou à temps partiel. En effet, une journée par semaine peut faire une réelle différence sur la qualité de vie ainsi que sur la productivité.

Enfin, voici quelques suggestions en vrac pour favoriser le succès du télétravail : d’abord, ne pas passer la journée en pyjama. Une tenue confortable mais différente de celle de la détente aidera à dynamiser la journée de travail. Il est aussi possible de se munir d’une caméra Web afin de garder un contact visuel avec des collègues ou clients de façon à briser l’isolement. Se féliciter à la fin de chaque journée pour les objectifs atteints et le boulot accompli. La reconnaissance, c’est comme le sucre à la crème; quand on en veut, on doit parfois s’en faire!

Guylaine Deschênes, Ph.D., CRHA