Amoureux de ses enfants… et amoureux tout court!

Après le lavage et le pliage, la planification des repas et des lunches, les courses, l'entretien de la voiture, l'épicerie, les réunions, les rendez-vous pour la famille, le chat et le chien, il en reste très peu de cette denrée volatile qu'est le temps. Les moments pour soi sont reportés à... dans quelques années, peut-être? Et les moments en amoureux sont quasi inexistants. On oublie même que la personne qui partage notre vie a déjà été notre amant, il n'y a pourtant pas si longtemps!

En effet, de nombreux couples de notre génération vivent dans le tourbillon du quotidien, surtout quand ils ont des enfants d'âge préscolaire. Les deux conjoints travaillent fort (à la maison comme à l'extérieur) et ils sont souvent essoufflés. Leur nuit arrive à peine à leur redonner une dose d'énergie et les jours se suivent, tout aussi remplis les uns que les autres. Facile de s'oublier, de se perdre, de s'éloigner.

Mais comment survivre à ce piège qui nous guette? En apportant des changements dans nos priorités! En effet, en devenant parent, le premier réflexe est d'abord d'accorder toute notre attention à notre nouveau poupon. C'est logique, il en va de sa survie! Mais si cette période se prolonge et que nos besoins personnels sont ignorés, les enfants risquent de ressentir la frustration de leurs parents. Si le couple (qui est la base de la famille) s'éloigne ou n'existe plus, les enfants sont privés de la sécurité affective que leur procure la vision de deux parents qui s'aiment. Ce n'est donc pas du luxe que de prendre soin de sa vie amoureuse, mais plutôt une priorité, une condition nécessaire à l'épanouissement de tous les membres de la famille.

Concrètement, il est souvent suggéré de se mettre tout simplement à l'agenda, de prévoir des périodes ou des activités à faire à deux. Ça peut prendre la forme d'une sortie à l'extérieur occasionnellement, ou des activités à la maison s'il est difficile de faire garder les enfants sur une base régulière. Un souper aux chandelles quand les enfants sont couchés ou écoutent un film? Un jeu de société qui nous plaît? Un petit massage? Pour vous inspirer, demandez-vous ce que vous aimiez faire ensemble avant d'avoir des enfants... Aussi, il est important de garder en tête qu'il n'est pas nécessaire d'attendre d'avoir une soirée libre pour passer du temps de qualité en couple. Quand on n'a pas beaucoup d'énergie ou seulement quelques minutes disponibles, pourquoi pas s'offrir un bon câlin, une séance de grattage de dos ou s'écrire un petit mot doux? De tels petits gestes n'exigent pas grand chose et peuvent faire le plus grand bien à votre couple.

Aussi, après être devenu « une famille », il n'est pas toujours facile de redéfinir en tant qu'amants. Pour certains, l'image du corps a changé, pour d'autres ce sont les hormones et la libido qui jouent des tours. Une période de transition peut donc être nécessaire pour recommencer à se trouver désirable. Souvent, les sexologues recommandent au couple de commencer à se faire du bien sans objectif de performance. Ça peut consister en des caresses à tour de rôle sur l'ensemble du corps. De quoi découvrir de nouvelles zones de plaisir insoupçonnées! L'important est de se permettre un retour à une vie sexuelle active, à son rythme. Et n'oubliez pas que vous pouvez verrouiller votre porte de chambre ou mettre une petite enseigne avec une image signifiant « ne pas déranger ». Tous les membres de la famille ont droit à l'intimité, à commencer par les parents, les premiers modèles des enfants!

Enfin, pour garder le couple uni malgré le stress du quotidien, rien de tel que d'avoir un projet commun, au-delà de l'éducation des enfants. Prendre un cours ensemble (danse, photo, cuisine, etc.), planifier un achat, un voyage, rénover, construire ou restaurer un meuble, etc. Les façons de se retrouver sont multiples. Le mot d'ordre : amusez-vous!

Et si tout cela vous paraît trop difficile, parce que l'éloignement a commencé à faire son œuvre ou parce que vous n'avez pas l'impression de faire équipe, consulter un thérapeute de couple peut être une solution à envisager. Tant qu'il y a de l'amour, il y a de l'espoir!

Guylaine Deschênes, Ph.D., CRHA

Cet article a été publié sur le site de Mères & Cie (2015).